Chez nous

Salon Equip Auto 2022 : Un bon cru pour Reseaulution

Reseaulution au salon  Equip Auto : Où ? Quand ?  Avec qui ?

Reseaulution a participé avec enthousiasme, et ce, pour la première fois de son existence, au salon Equip Auto. Il s’est tenu Porte de Versailles à Paris du 18 au 22 octobre dernier. Nous étions présents au sein de l’univers VO. Ce qui permet à plusieurs sociétés de se regrouper et de traiter avec professionnalisme, le sujet du Véhicule d’Occasion (VO).

Reseaulution a partagé son stand avec notre partenaire Allocasion. Il s’agit d’une plateforme digitale qui consiste à éditer un rapport exhaustif du véhicule. Il intègre toutes les données importantes comme son kilométrage, son carnet d’entretien, son état. Cette solution a été développée par Côme Pinczon-du-Sel qui en est son créateur et son dirigeant.

L’ensemble de l’équipe Reseaulution a pu mettre en avant notre expertise développée depuis près de 15 ans dans le monde de l’automobile. Plus particulièrement dans les métiers de l’après-vente comme l’optimisation du fonctionnement des services et de la pièce de rechange.

Notre offre Kaizen VO proposée sur le salon

La Team Reseaulution s’est relayée pour accueillir clients et prospects autour de l’offre que porte l’entreprise sur le salon : le Kaizen et plus précisément le Kaizen VO.

Rappelons que le Kaizen est une méthode d’amélioration continue. Le principe est que de petites améliorations progressives peuvent se traduire par des progrès notables. Dans le cadre du Kaizen VO, celui-ci a pour principal objectif de réduire de façon significative le temps de mise à disposition du VO, et améliorer ainsi la rotation du stock et la rentabilité de la concession. Le programme prévoit de traiter les différentes étapes du processus VO, de la préparation à la livraison…

Reseaulution a également développé, sous la méthode du Kaizen, des solutions adaptées aussi bien pour la réception, le magasin que pour l’atelier. L’ensemble de ces programmes ont des effets positifs sur les équipes des concessions et leur manière de fonctionner, mais aussi sur l’amélioration durable de la rentabilité des affaires. 

Un bel engouement autour d’Equip Auto et du Mondial de l’auto 

Regardons Equip Auto dans son ensemble,

Une particularité du salon pour cette année a été la combinaison d’Equip Auto avec le Mondial de l’auto. Une manière de rapprocher les deux mondes de l’automobile pour en faire un rendez-vous incontournable.

Le Mondial de l’auto a souffert d’un désistement des marques des plus importantes et représentatives du marché. En revanche, il est à noter que les marques françaises étaient présentes avec de belles innovations côté Peugeot et Renault.

Plus surprenant, c’est la position de BMW France, ils ont fait le choix intéressant d’être présent à Equip Auto en tant que revendeur de pièces, mais aussi pour se rapprocher des jeunes et mettre en avant BMW Recrute. Astucieux, on y a vu un stand largement visité par de possibles nouvelles recrues.

Equip Auto a, lui aussi, innové. Tout d’abord, un large espace était réservé au Garage du Futur. Nous y retrouvions des démonstrations, différents types de présentation, des corners dédiés présentant les solutions de demain. Des solutions, qu’elles soient dans le digital ou dans le développement de ventes additionnelles. On a pu, aussi, remarquer une présence visible d’entreprises spécialisées dans la protection de l’environnement. Également, nous retrouvions un village sur le réemploi, des solutions de remanufacturing, la réparabilité ou la réutilisation. Le tout toujours dans une logique d’économies circulaire.

Pour conclure, le monde bouge, se transforme, se réinvente et Reseaulution, par sa présence notamment à Equip Auto, se positionne pour être aux côtés des acteurs majeurs du marché de façon à accompagner les réseaux sur mesure.

Bruno Desmet, directeur du développement

À lire aussi :

diagnostic automobile

Le diagnostic automobile : une nécessité pour les concessionnaires

Un voyant moteur qui refuse de s’éteindre ? Une commande à distance qui insiste pour maintenir la portière verrouillée ? Un bruit ou un claquement… Le diagnostic automobile s’impose.

Aujourd’hui, de plus en plus de pannes automobiles sont liées à l’électronique embarquée dans les voitures. C’est pourquoi le diagnostic automobile s’impose comme une nécessité pour les concessionnaires.

Le verdict du diagnostic automobile

Un diagnostic automobile (mécanique et électronique) permet de déterminer si le véhicule présente des problèmes. Ces diagnostics sont essentiels pour assurer la santé d’une auto. En effet, leur régularité aide à empêcher à des anomalies bénignes de se transformer en véritables problèmes.

Ce test, repose sur l’utilisation d’une “valise” OBD. Elle est reliée à l’ordinateur de bord du véhicule et ses capteurs. Toutes les activités ou incidents expérimentés par le véhicule sont documentés. C’est une inspection globale du véhicule. Il peut révéler des soucis électroniques comme mécaniques. Après avoir collecté les codes défauts, à l’aide de l’outil système fourni par le constructeur, le technicien inspecte la voiture. Il aura alors une idée complète de l’état du véhicule et sera en mesure de fournir une estimation et des options de réparations et d’aider l’automobiliste à reprendre la route en toute sécurité.

En outre, on a tendance à l’oublier, mais une partie essentielle du diagnostic est réalisée au moment de la prise en charge et de l’interview client. Idéalement, lors de l’accueil en concession, le réceptionnaire qualifie la recherche. Il détermine dans quel contexte cela s’est produit, à l’aide des protocoles spécifiques à la marque pour aiguiller la recherche qui sera réalisé par un technicien Expert.

Les nouveaux besoins pour un diagnostic fiable

Depuis une dizaine d’années, l’électronique embarquée domine le marché (assistance électronique, radar de recul, GPS, aide à la conduite, ABS, etc.. pour plus de confort, plus de sécurité). En promettant une amélioration de l’expérience sur route, les constructeurs automobiles ont ouvert la voie à toujours plus de prestations. Si l’essence même de l’entretien de ces véhicules évolue, les connaissances et compétences des équipes APV doivent aussi évoluer. Sans oublier la nécessité d’un matériel adéquat. C’est là la plus grosse bataille de l’après-vente. Surtout lorsqu’elle va de pair avec la volonté des marques de maximiser la satisfaction client, notamment via la qualité de services.

L’investissement, aussi bien en personnel, en matériel (accès aux lecteurs de la marque ainsi qu’aux codes d’erreurs) et en formation est la clé d’un diagnostic fiable, mais aussi son plus grand challenge. En effet, pour les concessionnaires, trouver, mais aussi conserver sous son emblème, des techniciens formés au diagnostic relève parfois du casse-tête. Notamment, lorsque l’on introduit l’idée de “mise à jour permanente” (humaine et matérielle) du fait de l’évolution technologique en continu. En parallèle, des éditeurs travaillent pour fournir des solutions multimarques destinées aux MRA et centres-autos. Mais si les centres auto proposent du diagnostic électronique, celui-ci reste, pour l’heure l’apanage des réseaux constructeurs.

Une meilleure conversion

Olivier Sola, directeur après-vente du groupe Maurel (en charge de Peugeot, Citroën, DS et Opel), estime qu’entre 30 et 40 % des entrées en atelier se font sur le diagnostic mécanique et électronique. Des entrées majoritairement transformées avec 70-80% des clients validant les travaux proposés. Un taux de conversion très élevé qui fait du diagnostic une étape incontournable pour les services après-vente. En préventif, le test est inclus dans le contrat d’entretien. Il peut être exécuté lors du tour du véhicule, pour faire la purge des codes défauts, par exemple. Lorsque le client signale un voyant ou une panne, ce test devient alors curatif. Les travaux qui en découlent coûtent plus cher au conducteur. Entre 700 et 2 000 euros pour une moyenne facture, toujours selon Olivier Sola.

Avec la course au renouvellement du parc automobile, le produit automobile a connu des changements drastiques. Dans ce paysage, le diagnostic électronique s’est transformé en meilleur allié des APV, mais aussi de l’automobiliste.

Romain Briffeuil, Consultant chez Reseaulution

  

Crédit photo : Sten Rademaker on unsplash